#NEVERSURRENDER

- COLLECTION CAPSULE SOLIDAIRE -
Pour contribuer à notre façon !

Nous avons créé une capsule #NeverSurrender pour redonner le sourire à ceux qui en ont le plus besoin.
100 % DES BÉNÉFICES DE LA VENTE DE CETTE COLLECTION SERONT VERSÉS À LA CROIX-ROUGE.
Rejoignez-nous dans cette mission et redonnez le sourire à quelqu’un.

ACHETER LE LOOK (2)

LA COLLECTION CAPSULE SOLIDAIRE
A AUGMENTÉ.

Nous ajoutons ces quatre t-shirts à la collection capsule #NeverSurrender, qui est maintenant composée de: deux masques grand public, quatre jeans et six t-shirts.

A nossa mensagem positiva contra a Covid-19 vive em cada uma das peças desta cápsula solidária que concretiza um movimento que celebra e reconhece muitos dos heróis do nosso quotidiano e que tem vindo a alegrar dias mais cinzentos.


Votre aide, c’est notre aide !
Un petit geste peut rassembler
tant de sourires...



Choisissez votre article >


ACHETER LE LOOK (7)

ACHETER LE LOOK (2)

ACHETER LE LOOK (2)

ACHETER LE LOOK (4)

ACHETER LE LOOK (2)

ACHETER LE LOOK (2)

ACHETER LE LOOK (2)

ACHETER LE LOOK (2)

ACHETER LE LOOK (2)

ACHETER LE LOOK (2)

ACHETER LE LOOK (2)

ACHETER LE LOOK (2)

ACHETER LE LOOK (2)

ACHETER LE LOOK (2)

ACHETER LE LOOK (2)

ACHETER LE LOOK (2)

ACHETER LE LOOK (2)

MASQUES SOLIDAIRES

Notre message positif contre le COVID-19 s’exprime à présent à travers ces masques conçus avec l’imprimé qui illustre Never Surrender, un mouvement qui a fait connaître de nombreux héros et a égayé les jours de grisaille.

Ces masques certifiés par le CITEVE (Centre technologique portugais de l'industrie textile et des vêtements) sont disponibles dans les magasins physiques et en ligne.
En savoir plus sur nos masques >


Voyez comment utiliser votre bandana

À l'ennemi invisible :

Il est temps de ne pas abandonner. Si tu veux la guerre, tu auras le meilleur de nous : l’union ! Nous sommes tous UN, nous sommes des combattants et chaque jour nous donnons tout pour montrer que nous n'avons pas peur, que nous sommes ensemble jusqu'au bout.

À Salsa, nous prenons le premier café de la journée ensemble, nous déjeunons assis à la même table et nous disons à demain à nos collègues, qui sont devenus des amis de tous les jours. Tu n’es pas le bienvenu dans notre famille, et pour cela nous avons donc fermé la porte de toutes nos maisons.
À la maison, il est temps de rêver de tout ce que nous réaliserons ensemble. Il est temps d'avoir le courage de penser à nous-mêmes et aux autres.

Il est temps de nous protéger. La réalité que nous connaissions a changé, mais pas notre envie de nous battre, notre lumière ne sera jamais éteinte !

Nous sommes des optimistes incurables, nous ne croisons pas les bras, nous resterons donc imparables : pour chaque membre de nos équipes, pour chacun de nos clients et pour toutes les personnes que nous aimons.
Comment ? Lorsque tu nous rendras tristes, nous sourirons. Lorsque tu nous mettras en colère, nous aurons de la patience. Lorsque tu nous feras perdre nos forces, nous nous lèverons et nous dirons... nous ne nous rendons pas !


Tu n'as aucune idée de qui nous sommes et à quel point nous sommes étroitement unis contre toi. Nous surmonterons cela ensemble et nous nous souviendrons de toi comme quelque chose qui a fait de nous de meilleurs êtres humains.


Remarque : Maintenant, nous ne pouvons rien toucher, mais quand nous le pourrons, nous toucherons le monde comme jamais auparavant.



#NeverSurrender
- TOGETHER -
Tout ce que nous pouvons faire ensemble , même si nous sommes séparés

Des moments comme celui-ci doivent être vécus ensemble. Parce qu'ensemble, nous sommes plus forts.
Nous sommes tous UN et pour nous renforcer nous avons décidé de rejoindre toute la famille Salsa chaque matin pour commencer la journée à danser, plein d'énergie et de bonne humeur.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux.
Entrez dans notre monde
Nous continuons à travailler à partir de chez nous, à donner couleur et forme à nos journées. Nous continuons à donner le meilleur de nous-mêmes et à préparer la prochaine collection... en maintenant notre créativité en effervescence PARCE QU’ICI, PERSONNE NE S’ARRÊTE.

Et vous ? Comment travaillez-vous à partir de chez vous ?
Partagez avec #NeverSurrender en identifiant @salsaofficial
- HEROES -

Nous allons rendre hommage à nos héros actuels – ceux qui sont au premier rang de cette bataille.
À ceux qui ne baissent pas les bras et qui sont dans la rue pour garantir l’essentiel.
Que ce soit le médecin, l’infirmier, le pharmacien, le pompier, le chauffeur, le volontaire ou l’employée du supermarché...

Ils méritent tous nos forts applaudissements et nos sincères remerciements !

PARTAGEZ AVEC NOUS LES HÉROS QUE VOUS CONNAISSEZ...
Il suffit d’envoyer un email à neversurrender@salsajeans.com avec une photo de votre « héros » et un petit message qu’il aimerait partager avec tous.

Et n’oubliez pas : NOUS SOMMES TOUS DES HÉROS ! Certains luttent dans la rue, d’autres chez eux... pour un meilleur bien-être.
Marta Silva"Les pharmacies sont là pour appuyer les gens durant cette pandémie et c’est pour cela qu’il ne faut pas courir à la pharmacie acheter des médicaments pour un an, parce que les médicaments ne vont pas disparaître.
L’heure est de penser aux autres qui peuvent avoir plus que jamais besoin d’un médicament... n’achetez que ceux qui sont absolument nécessaires. Quant aux personnes âgées, l’idéal est vraiment de demander aux plus jeunes d’aller chercher leurs médicaments ou bien d’appeler les pharmacies pour qu’elles viennent leur livrer à domicile.


Pour la santé de tous, respectez les règles pour que nous puissions continuer au premier rang de cette bataille pour vous !"

MARTA SILVA | pharmacienne
Mariana Sousa"Je fais du bénévolat auprès de l’association CASA parce que je crois vraiment que nous avons un impact sur la vie de celui qui en a le plus besoin et, pour moi, il est réconfortant de savoir que ma ville s’assure que personne n’a faim. En raison du COVID-19, nous avons adopté des mesures de précaution supplémentaires et, entre autres mesures d’urgence, nous avons réduit au maximum le nombre de bénévoles de chaque soir pour éviter trop d’exposition, nous ne conservons qu’un seul des restaurants solidaires de Porto ouvert (le plus grand pour garantir une plus grande distance entre les usagers), nous servons les aliments dans des emballages et à moins de personnes à la fois. Mais la plus grande contrainte est le fait que nous devons annuler notre collecte d’aliments prévue pour la fin mars. C’est pourquoi, plus que jamais, nous dépendons des dons. Vous pouvez nous aider à aider ceux qui en ont le plus besoin en faisant un appel solidaire, un don ou en consignant votre Impôt sur le revenu - les contributions en faveur de CASA et d’autres associations similaires sont indispensables en ce moment.

S’il est difficile pour nous de rester à la maison, imaginez ce que c'est pour ceux qui n’en ont pas !"

MARIANA PINHO DE SOUSA | voluntaireMariana Sousa, 28 ans, n’a pas d’enfants. "Ce que j’ai vraiment hâte de faire, c’est de me balader en bord de mer et de partir en week-end loin de chez moi."
Américo Neto"Pour que les biens continuent à arriver à la population et pour éviter la rupture de stocks, nous continuons à franchir les frontières et à transporter ce qui est le plus nécessaire. Nous conduisons à présent sur des routes calmes, qui nous font peur, mais qui nous donnent aussi plus de force pour continuer notre voyage : faire parvenir à la population ce dont elle a le plus besoin. Plus que jamais, il est important de ne pas penser qu’à nous et à notre famille, mais aussi aux autres et à leurs besoins. Ce ne sont pas seulement ceux qui sont « en première ligne » qui sont importants pour stopper cette pandémie.
Tous sont importants et TOUS NOUS POUVONS AIDER. L’aide peut être aussi simple que le fait de rester chez soi. Nous continuons à lutter courageusement !"

AMÉRICO NETO | chauffeurAmérico Neto, 51 ans, a une fille et a vraiment hâte de pouvoir réunir ses proches autour d’un dîner et de leur dire combien ils lui ont manqué !
Alicia Gomez"Le Covid-19 nous a apporté tristesse, peur, anxiété, préoccupation...
mais aussi beaucoup d’union, de complicité, de force… parce que tous ensemble, nous allons nous en sortir et revoir le soleil.


Tous contre le Covid-19 !!!!"

ALICIA GOMEZ | administration du service des urgencesLa première chose qu’elle fera quand cette situation sera terminée : aller voir sa famille.
« Ce que j’ai hâte de faire, c’est de continuer à lutter pour que cette situation se termine le plus vite possible et de la meilleure manière possible pour tout le monde. »
Mariana Machado"Comme j’avais une formation d’infirmière, je sentais que je représentais une plus value pour le pays - j’ai des amies (infirmières elles aussi) qui ont des enfants, d’autres qui ont des problèmes de santé et je ne me sentais pas bien à rester chez moi alors qu’elles étaient en première ligne. Être appelée à venir en aide a été un mix d’émotions ! J’ai été soulagée, effrayée, heureuse, triste, tranquille et inquiète, mais avec la sensation que c’était la meilleure chose à faire. Je vais recommencer à travailler, en reprenant la routine et les quarts, mais surtout, je vais avoir le sentiment d’être utile et de remplir mon devoir. Dans la pratique, je vais faire bien plus attention aux personnes qui vivent avec moi pour ne pas mettre leur bien-être en danger et j’essaierai de concilier les deux tâches.

Nous allons dépasser cette phase ! Nous sommes tous importants dans ce combat, nous avons tous une fonction ! Et si nous respectons tous ce qui nous est demandé, nous gagnerons !"

MARIANA MACHADO | blogueuse / infirmière"Ce que j’ai hâte de faire, c’est d’aller rendre visite à mes grands-parents, dans la Serra da Estrela !"
Carla Oliveira" Le moment est venu de nous arrêter... de regarder l’humanité les yeux dans les yeux... de nous regarder les uns les autres à distance... de nous arrêter en faveur du monde... de penser à tous et de n’être avec personne... aujourd’hui, séparés, nous sommes plus forts que jamais... Le moment est venu de nous arrêter... de nous arrêter et de penser à nous, de penser à tous... le moment est venu de nous réorganiser comme un tout, pour tous... "

Notre héroïne s’est rendue compte que son rêve était de devenir infirmière quand, après avoir travaillé de nombreuses années, elle ne se sentait toujours pas réalisée. C’est alors qu’elle a décidé de reprendre ses études pour réaliser son rêve !

CARLA OLIVEIRA | infirmièreÂgée de 37 ans, elle est célibataire et sans enfants.
"Quand tout cela sera terminé, ce qu’elle souhaite le plus, c’est d’étreindre et de couvrir de bisous ceux qu’elle porte dans son ♥."
LogisticaChez Salsa, nous avons aussi nos héros. Ce sont eux qui, quotidiennement, continuent à livrer leurs achats à nos clients, en observant la distance et les précautions que la prudence exige.
Ce sont eux que nous voulons applaudir aujourd’hui, parce que même éloignés, nous restons UNE seule grande équipe qui rame sur le même bateau.

SALSA
CASAPortoLe C.A.S.A. - Centre d’appui aux sans-abri - aide ceux qui en ont le plus besoin, c’est-à-dire ceux qui sont sans abri, les familles à risque ou les familles nécessiteuses, par des actions de solidarité sociale, en mettant à disposition des biens alimentaires, des vêtements et des services de réinsertion sociale.
"DANS CETTE GUERRE, PERSONNE NE RESTE EN ARRIÈRE ! Nous sommes ensemble ! "

CASA PORTO | bénévoles Tranche d’âge : entre 26 et 61 ans.
« Ce que j’ai le plus envie de faire, c’est de...
Étreindre quelqu’un dans mes bras ! Fêter les anniversaires qui sont restés « en suspens » ! Marcher sur la plage ! Apprécier le coucher de soleil ! Déguster une « francesinha » (un plat typique de Porto) ! Danser ! »
Alicia Gomez"Je m’appelle Cristina, je suis infirmière et je suis sûre qu’ensemble nous allons surmonter cette épreuve. Je tiens à remercier tout le personnel soignant qui est au premier rang de la bataille, ces héros qui n’ont pas de cape, mais une blouse, un pyjama et un masque. Merci !
À nos enfants, qui sont notre futur, sont à la maison et nous aident énormément. Et à tous ces bébés – Pablo, Gonzalo, Lucas, María, Anne... – qui naissent tous les jours, qui seront nos médecins, nos scientifiques, nos transporteurs, nos épiciers... qui ne seront plus exposés à des situations comme celle-ci, qui auront appris avec nos erreurs et seront capables de surmonter toutes leurs difficultés.
Ici, dans l’hôpital où je travaille, nous nous efforçons pour que la vie suive son cours, pour que les bébés continuent à naître et nous mettent du baume au cœur, en peignant un grand arc-en-ciel d'empreintes, de couleur et d'espoir et pour que nos sourires à travers les masques leur fassent sentir la chance qu’ils ont d'être nés à l'époque du coronavirus."


CRISTINA MÁRQUEZ | infirmière
Alicia Gomez"Nous sommes tous de simples soldats envoyés au front avec, pour tout équipement, une main pleine de balles. Et nous aussi, nous avons peur. Peur de partir et de ne pas revenir, et de ne pas avoir les armes suffisantes. Et principalement, peur d’atteindre nous-mêmes les nôtres, par accident. Peur des décisions difficiles – que certains pays voisins ont déjà prises – et que nous aurons toute notre vie sur la conscience. Mais nous ne fermons pas les yeux, nous ne tournons pas le dos. En échange, nous ne demandons que deux choses : restez chez vous et lavez-vous bien les mains. Tout à coup, tout le monde est appelé à sauver le monde en restant sur son canapé ! La tâche est simple. Soyez nos héros. Je vous promets que vous le serez."

"Il est encore temps d’écrire notre histoire."

"(Et quand tout cela sera fini, jetez un autre regard sur le Service national de santé. Et comprenez pourquoi il mérite l’investissement ! )"

ANA PATRÍCIA PEREIRA | médecin27 ans. « Ce que j’ai le plus envie de faire, c’est... d’étreindre mes proches »
Alicia Gomez"Chaque jour représente une nouvelle occasion de faire quelque chose pour vous, pour tous les portugais, avec le maximum de dévouement et d’espoir !"

SUSANA OLIVEIRA | employée de supermarchéSusana a 43 ans et 1 fils, Tomás, qui a 8 ans.
« Ce que j’ai le plus envie de faire c’est… d’étreindre et d’embrasser les miens comme s’il n’y avait pas de lendemain, pour récupérer le temps que cet ennemi invisible nous a volé !! »
Alicia Gomez"Je m’appelle Carolina, je fais partie de la police nationale et je me dédie cœur et âme à ma profession. J'aimerais apporter mon soutien moral et émotionnel à tous ceux qui sont OBLIGÉS de rester à la maison, pour le bien commun. Une société unie est une guerre gagnée, celle-ci est délicate, silencieuse et très intense..."

"Nous vous aidons à prendre soin de vous. RESTEZ CHEZ VOUS ♥"
AuxiliarSachez reconnaître la valeur de vos proches, de vos amis et de tous ceux qui croisent votre chemin, parce qu’ils contribuent tous à votre bonheur. En ce moment, je vois les grands-parents qui ne peuvent pas sortir de leurs chambres pour éviter tout contact qui pourrait les mettre en danger, et qui sont tristes Il ne leur est pas permis de voir leurs proches, leurs petits-enfants qui savent si bien les émouvoir et remplissent leur cœur de bonheur... Et je me rends compte qu’en voulant veiller à leur bien-être, on leur cause un mal encore plus grand : la tristesse. J’ai du mal à leur expliquer sans pleurer et en respectant les distances autorisées.
Nous devrions apprécier davantage chaque seconde passée en compagnie des personnes qui nous sont chères.

MONICA | Aide-soignante dans un centre pour personnes âgées
LogisticaNous sommes portugais.
Nous nous saluons, nous nous étreignons, nous nous embrassons et nous tendons la main quand nous nous rencontrons. Nous sommes un peuple fort, courageux, intrépide et déterminé. Nous apprécions un bon repas, un bon vin et des amis autour de la table.
Alors... Soyons portugais avec orgueil! Soyons ce peuple héroïque, uni et solidaire! Étreignons-nous spirituellement et aimons-nous à distance! Y-a-t-il un amour plus beau que l’amour de son prochain?
Profitons-en maintenant pour appeler cet ami avec lequel nous ne parlons pas depuis des mois ou des années par « manque de temps »... Déjeunons avec nos parents ou nos grands-parents en appel vidéo... Écrivons un poème, un livre... Apprenons à jouer d’un instrument... Peignons un tableau... Profitons de ce temps pour prendre soin de nous... Mais restons chez nous! C’est un appel, mais c’est aussi un message d’espoir.
Et la saudade (nostalgie), ce mot aigre-doux que nous, portugais, nous avons créé et que nous vivons, c’est ce qui nous distingue... Nous sommes un peuple amoureux de la vie! Et voici notre dernier défi : Lutter pour la VIE.
Notre dernière opportunité de montrer au monde ce que veulent dire UNION et être PORTUGAIS.
Nous sommes ensemble et nous allons le rester.
Mais, s’il vous plaît... RESTEZ CHEZ VOUS


PATRICIA GOMES | Médecin
LogisticaJ’ai choisi cette photo parce qu’elle montre bien ce que je pourrais écrire dans un texte compliqué... C’était mon premier quart dans une section de COVID-19, 6 heures de stress physique et émotionnel!! C’est vraiment gratifiant d’entendre les malades nous dire: «merci, sans vous, on ne serait pas là!»

Nous allons dépasser cela, unis, main dans la main avec les malades, qu’ils soient infectés ou non. Ce sont ces remerciements qui vont nous maintenir motivés jusqu’à la fin ! Parce que malheureusement, ce n’est que le début

Courage INFIRMIERS DU PORTUGAL!
Restez chez vous pour le BIEN de tous...


ANA MASSANO | Infirmière"Ce que je suis le plus impatiente de faire c’est... d’étreindre et d’être près de ma mère de 85 ans que je ne vois pas depuis plus d’1 mois."
Centro Social de MõesLa première chose que nous allons faire quand cette situation sera terminée, c'est réunir toutes les personnes âgées et les employées et faire une fête, la fête d’anniversaire de l'institution que nous avons dû annuler, et où nous pourrons à nouveau être tous ensemble et danser et chanter avec eux comme on le faisait avant l’apparition de ce virus. Ce qui nous motive à continuer c’est de penser que, sans nous, la plupart d’entre eux n’aurait personne pour les aider, beaucoup d’entre eux ne sont pas capables d’aller faire leurs courses ou d’assurer leur hygiène personnelle et ils n’auraient rien à manger. L’espoir que tout cela passe vite nous motive aussi.
«Équipe du centre social de la paroisse de Mões : une IPSS (Institution privée de solidarité sociale) qui continue à lutter tous les jours pour fournir des aliments, des médicaments et de l’aide aux personnes âgées, pour qu’elles n’aient pas à sortir et à s’exposer inutilement. Merci à toutes les IPSS qui continuent à lutter!»

CENTRE SOCIAL DE MÕES (Castro Daire)
Daniela Monteiro«Si j’ai peur ? Oui, mais en ce moment je pense à toute mon équipe, j’arrête d’avoir peur de ce qui peut mal tourner et je pense à ce qui va bien se passer, je mets mon masque et j’y vais!»

«Ce que je suis le plus impatiente de faire, c’est simplement de faire et de recevoir un câlin.»


DANIELA MONTEIRO | Assistante d’action médicale
Sara Fidalgo«Pour que je puisse à nouveau étreindre et embrasser mon fils comme avant, s’il vous plaît, apportez votre contribution pour que nous soyons tous des héros dans ce combat.»

SARA FIDALGO | Assistante d’action médicale«Ce que je suis le plus impatiente de faire, c’est d’éteindre et d’embrasser mon fils et mes parents.»
Dora Ferreira«Aujourd’hui, c’est une nouvelle réalité. Ensemble, nous serons plus forts et pourrons être plus sereins demain.»

DORA FERREIRA | Infirmière dans une unité de soins intensifs«Ce que je suis le plus impatiente de faire, c’est quelque chose qui réconforte l’âme, comme par exemple embrasser ma famille et mes amis.»
Jessica Novais«Aujourd’hui, plus que jamais, nous devons être unis et travailler en équipe. Travaillez avec nous en restant chez vous, c’est le seul moyen de freiner cette catastrophe.»

JÉSSICA NOVAIS | Infirmière25 ans. «Ce que je suis le plus impatiente de faire, c’est de... Rentrer chez moi et étreindre mes parents puisque j’ai dû changer de logement à cause du risque de contamination. Un dîner avec tous mes amis les plus proches et toutes les choses simples qui faisaient partie de mon quotidien et qui me feraient tellement bien en ce moment.»
Sara Marques« À une période où on ferme les frontières, le moment est venu de considérer l’humanité comme un tout. Il faut que le sens de la communauté comme un TOUT soit plus fort que la peur et l'individualisme de chacun. Ce n’est que comme cela que nous parviendrons à contrer la menace globale. »

« Il est temps de comprendre que la solution consiste à nous unir et non pas à nous séparer. Parce que la décision d’un seul détermine le futur de beaucoup d’autres. »

SARA MARQUES | médecinComme elle travaille à l’étranger, dans un hôpital de Bangor, au Pays de Galles, la première chose qu’elle fera quand tout cela sera terminé sera « Rentrer à la maison et étreindre mes proches ».
Raquel Nadais« Parce que la médecine ne vit pas seulement du coronavirus et que les autres maladies ne sont pas en quarantaine, je continue à être au service de mes patients tous les jours, pour que nous puissions, tous ensemble, surmonter cette phase perturbée de nos vies. »

RAQUEL NADAIS | médecin traitantRaquel est médecin traitant, mère de 3 enfants et enceinte de 5 mois de son 4ème enfant... Et malgré le risque, il ne lui est pas venu à l’idée d’abandonner ses patients. « Ce que j’ai le plus envie de faire, c’est d’étreindre mes proches. »
USF Viver Mais« Aujourd’hui, nous avons quitté notre unité, nos collègues et nos patients. Nous sommes venus occuper un nouvel espace, un espace que nous avons ouvert, où nous allons avoir d’autres collègues fantastiques et où nous allons donner le meilleur de nous-mêmes pour mettre fin à cette guerre que nous allons gagner. Nous remplissons notre devoir et notre mission. Nous espérons que vous remplissez le vôtre, qui est de rester CHEZ VOUS !
Pour nos patients et nos collègues, ce n’est qu’un 'à bientôt' ! ». Nous allons vite revenir ! »

USF VIVER MAIS - qui assure l’accueil ADC (Accueil des malades atteints de COVID-19) de Maia


JOEL MOURA | infirmierCLÁUDIA SOARES | infirmièreCARLA BARBOSA | assistante techniqueJoel est impatient d’étreindre ses proches, Cláudia d’étreindre ses enfants et Carla d’étreindre celui qu’elle aime. « Nous sommes tous loin de ceux que nous aimons. Nous voulons tous la même chose. »
Sandra Mesquita« Aujourd’hui, je parle au nom de tous les professionnels qui ne peuvent pas quitter la première ligne. Je suis auxiliaire de vie dans une maison de retraite, mais je suis aussi fille, sœur, fiancée, cousine, nièce et amie de quelqu’un. C’est parce que je suis tout ça que j’ai peur d’aller travailler, mais j’ai encore plus peur de rentrer à la maison auprès des gens que j’aime. Le masque ne protège pas contre cette peur, mais on ne peut pas faire autrement que d’être aux côtés de ceux qui ont le plus besoin de nous. Dans des moments comme celui-ci, ceux qui travaillent pour les personnes sont dorénavant tenus de remplir une seule et unique mission. À vous qui pouvez rester chez vous, je vous demande de vous associer aux initiatives volontaires de production d’équipements de protection individuelle, afin que nous, qui devons sortir, puissions travailler et rentrer chez nous en toute sécurité. »

« Restez chez vous, nous sortons pour vous. Et protégez-vous, parce que ça va être si bon d’étreindre ceux qui nous ont le plus manqué. »


SANDRA MESQUITA | Auxiliaire de vie en maison de retraite« J’aimerais beaucoup retourner dans mon village, où je ne vais pas depuis plus d’un mois, étreindre mes parents et ma sœur qui est infirmière. Je veux pouvoir à nouveau savourer un délicieux café, en toute liberté, sur une terrasse avec mes amis, parce qu’en fin de compte, la vie est faite de ces petites choses simples. »
Pedro Macedo« Si nous aidons les autres, notre vie sera toujours meilleure. Cette période est un défi auquel nous n’avons pas eu le temps de nous préparer. Cet ennemi est invisible, nous ne le voyons pas et nous devons réussir à le combattre avec la même énergie. Notre mission est toujours d’aider ceux qui en ont le plus besoin, même si pour ce faire nous mettons notre vie et celle de nos proches en danger. Le plus important, c’est que vous suiviez les recommandations des autorités sanitaires. Si nous remplissons tous notre rôle, nous serons plus forts pour combattre cet ennemi invisible. Rester chez soi permet de briser la chaîne de transmission et, indirectement, aide ceux qui, comme nous, sont en première ligne. Ce n’est que comme ça que nous serons capables de lutter contre le COVID-19.
Que ce soit maintenant ou plus tard, j’aimerais demander à chaque personne de trouver la façon dont elle peut aider le corps des pompiers de sa zone de résidence. Il y a diverses façons de le faire : devenir associé ou voir de quelle façon on peut aider, en faisant un don, en offrant des masques de protection, des gants ou même des repas. »

PEDRO MACEDO | Pompier« Quand cela sera fini, je veux aller manger mon hamburger préféré, aller au cinéma et à la plage. »
Emanuel & Marisa« Nous sommes Marisa et Emanuel, tous deux infirmiers portugais et parents de deux collaborateurs de Salsa qui travaillent au siège. Nous avons émigré en Angleterre il y a 6 ans et en ce moment nous sommes en première ligne du combat contre le COVID-19, dans deux hôpitaux différents. Moi, Marisa, je travaille dans une unité de soins pédiatriques intensifs de l’hôpital de Cambridge, l’une des plus grandes du pays, où nous avons déjà des patients qui sont contaminés par ce nouveau virus. Et moi, Emanuel, je suis infirmier instrumentiste dans un hôpital privé qui collabore avec le SNS anglais afin de continuer à fournir des soins chirurgicaux aux patients atteints de cancer.
La lutte est quotidienne et fatigante, mais nous croyons tous les deux qu’ensemble, nous allons y arriver. Durant chaque quart, nous enfilons et retirons notre équipement de nombreuses fois pour parvenir à prodiguer les soins dont tous ont besoin. Nous remercions de loin le projet auquel Salsa participe, de produire des blouses et des équipements pour les professionnels de santé qui sont au Portugal. Nous considérons que c’est une très bonne chose car, en réalité, sans équipement de protection personnelle, notre travail ne serait pas possible, nous ne pourrions pas apporter des soins de santé, parce que nous mettrions en danger non seulement nous-mêmes mais aussi les patients.
Un grand merci à tous les collaborateurs de Salsa pour cet effort. »


EMANUEL PINHO | infirmierMARISA FILIPE | infirmière« Ce que nous sommes impatients de faire, c’est de pouvoir retourner au Portugal au plus vite et d’étreindre nos proches et nos amis et de réconforter ceux qui ont besoin de nous. Notre mission est de soigner, mais en ce moment nous n’avons pas la possibilité de soigner nos proches. C’est pourquoi, nous vous souhaitons d’aller bien et de continuer à vous protéger. »
Patrícia de la Calle« À partir de la plateforme cybervolontaires, je partage mes connaissances avec des gens qui n’ont pas accès aux informations ou à la formation, en créant des cours à domicile ou en étant moi-même formatrice. Nous travaillons avec les personnes les plus « oubliées » de la société : les personnes âgées, handicapées ou celles qui vivent en milieu rural, par exemple. Quand nous leur consacrons un peu de temps, les remerciements sont énormes. C’est vraiment une sensation gratifiante. »

« Je me sens utile, je sens que je partage ma chance et que j’apporte ma petite contribution à la vie de la société. »


PATRICIA DE LA CALLE | volontaire de la plateforme Cybervolontaires et associée et co-directrice de The Place to Be, agence de marketing et communication« Quand tout cela sera fini... Je veux voir mes amis et mes proches ! Les étreindre et les couvrir de baisers. Et aller à Porto, ça sera mon prochain voyage en dehors de l’Espagne :) »
Paco Luque« Le meilleur vaccin contre le coronavirus, c’est vous-même.
Restez chez vous.

#EuFicoEmCasa. »


PACO LUQUE | Pompier SEIS Grenade
Licinia Bento« Je sors de chez moi tous les jours en ayant peur de ce que je vais trouver, mais même en ayant peur, je vais combattre ce virus que nous ne connaissons pas. Cela fait 20 jours que je ne vois pas mes filles de 6 et 3 ans. Nous parlons par appel vidéo et je ne leur laisse pas voir que j’ai peur et que quand je raccroche le téléphone, je pleure de ne pas pouvoir les toucher.
C’est une période difficile, mais le devoir passe avant tout, et surtout le devoir de les protéger. »

« Protégez-vous et protégez vos proches.
Ce combat ne fait que commencer ! »


LICÍNIA BENTO | infirmière au service des urgences générales de l'hôpital de Santarém
Sara Marques« Dans cette dure bataille, et qui se prolonge, contre la pandémie, pour nous, les frontières ne sont pas fermées. En ce moment, nous unissons nos forces pour assurer les stocks des entrepôts dans les secteurs alimentaire et pharmaceutique. Loin de nos proches et de notre pays, la lutte est plus difficile. Les routes sont plus longues et plus sombres, les établissements où nous avions l’habitude de nous arrêter pour nous reposer sont fermés en ce moment. Mais, plus que jamais nous devons être unis pour surmonter cette
période effrayante. »


« Tous ensemble, nous en sommes capables. Que ceux qui le peuvent restent chez eux. Tout va bien aller. »

JORGE | chauffeur routier international,
sa fille et sa femme sont professionnelles de santé dans deux hôpitaux. Une famille en première ligne !
« Ce que je suis le plus impatient de faire, c’est d’étreindre mes proches. »
Sara Marques« Du jour au lendemain, tout a changé, le monde a changé, le pays a changé, l’hôpital a changé et nous avons tous ensemble été entraînés par ce tsunami. 
Nous avons vu nos vies changer et nous avons dû nous adapter à une réalité très dure et bien différente de celle à laquelle nous étions habitués jusqu’à présent. Nous ne pouvons plus tout simplement finir notre quart et aller prendre un café avec notre meilleure amie, aller voir nos grands-parents, embrasser et serrer dans nos bras ceux que nous aimons le plus... Jamais le toucher thérapeutique n’a eu autant de sens... Cependant, il est fondamental d’adopter des stratégies pour vaincre les difficultés et d’être résilient ! Ce n’est pas toujours facile, mais nous montrons notre réelle valeur à la société et les portugais ont donné ce qu’ils savent donner le mieux, leur affection et leur solidarité. Merci pour chaque dessin qui nous parvient, merci pour les repas, mais surtout merci d’avoir finalement pensé à nous et à l’importance de ce que nous faisons et qui n’est pas toujours reconnue. Je crois et j’espère que quand tout cela sera fini, on ne nous oubliera pas à nouveau !
Parce que oui, c’est très dur de travailler dans la zone COVID, après 12 heures de travail avec l’équipement de protection individuelle, dans une zone infectée, sous un stress permanent et constamment concentré pour préserver sa sécurité, on rentre chez soi pour retrouver sa famille et on reste à distance, pour les maintenir eux aussi en sécurité. On va se coucher et nos pensées continuent là-bas, on n’a pas un sommeil tranquille et encore moins de qualité. Tout serait plus facile si on disposait d’un interrupteur qui nous permettait de débrancher nos pensées quand on monte en voiture pour rentrer chez nous, mais ce n’est pas le cas. »


« Alors, ce que je suis le plus impatiente de faire quand tout cela sera fini, en plus de pouvoir être finalement avec ceux que j’aime le plus sans aucune limitation et de pouvoir dormir tranquille, c’est de pouvoir dire : ça n’a pas été facile, mais on a réussi ! »

JOANA FERNANDES | infirmière
María Pérez« Douleur, tristesse, détresse... et malgré tout,
FORCE ET SOURIRE. »


MARÍA PÉREZ | infirmière46 ans. « Je suis impatiente de pouvoir remercier tous mes collègues pour l’union et les encouragements pour lutter contre la pandémie. »
- LIFESTYLE -
Vous vous ennuyez ? Vous n’avez pas d’idée ? Profitez de ce moment à la maison pour créer les looks que vous allez porter dès que vous pourrez sortir.

ACHETER LE LOOK (3)

ACHETER LE LOOK (4)

ACHETER LE LOOK (4)

ACHETER LE LOOK (2)

White-Ever
Les jeans sont l’article le plus populaire du monde de la mode et, à l’arrivée du printemps, la première version se doit inévitablement d’être blanche.


Rejoignez le mouvement #NeverSurrender sur nos réseaux sociaux
{{expressions[2703]}}
{{expressions[1668]}}

{{expressions[2703]}}
{{item._nome}}{{item._nome}}
{{item._nome}}{{item._nome}}
{{item._nome}}

{{expressions[2392]}}

{{expressions[2392]}}

{{expressions[365]}}

{{expressions[1005]}}

X
  • {{color.nome}}

X

{{expressions[882]}}

  • 0

{{expressions[64]}}

{{expressions[64]}}
  • {{expressions[64]}}

{{expressions[882]}}

  • 0

{{expressions[1792]}}{{expressions[2823]}}

{{item._price.price > 0 ? item._price.price : item._price}} {{item._price.promo_price}}

{{color.nome}}

{{item._price.price > 0 ? item._price.price : item._price}} {{item._price.promo_price}}

  • {{color.nome}}

{{item._colors.length}} {{expressions[2836]}}

{{expressions[365]}}

{{expressions[1005]}}